Les personnes en situation de handicap peuvent bénéficier d’un accompagnement, d’une assistance et d’aides financières dans les différents aspects de leur vie : scolarité, études, travail, sport, loisirs, vacances. Lorsque c’est nécessaire, des structures spécialisées peuvent les prendre en charge.

Scolarité

La très grande majorité des élèves en situation de handicap suivre leur scolarité dans un établissement ordinaire. Des aides et un accompagnement sont proposés à ceux qui en ont besoin depuis la maternelle jusqu’à l’enseignement supérieur.
Si nécessaire, il existe des établissements spécialisés avec une prise en charge globale.

Inscription

Voici les étapes à suivre pour inscrire un élève handicapé :

1- S’inscrire dans l’établissement scolaire le plus proche de son domicile : c’est l’établissement de référence.

2- Si l’enfant a des besoins spécifiques liés à son handicap, vous pouvez contacter la MDPH – Maison départementale des personnes handicapées de son département.

3- Définition du PPS – Projet personnalisé de scolarisation : ce document définit les modalités du déroulement de la scolarité de l’élève comme les besoins en matériel pédagogique adapté, en accompagnement, l’aménagement des enseignements. C’est un carnet de route qui servira à l’ensemble des intervenants (enseignants, psychologues, médecins…).

Accompagnement et aides financières

Un enseignant référent accompagne l’élève et sa famille tout au long du parcours scolaire. C’est lui qui assure la mise en œuvre du PPS avec l’équipe de suivi, c’est à dire, avec les parents, enseignants, chef d’établissement, médecin, psychologue, rééducateur…

Un accompagnant des élèves en situation de handicapAESH peut assister l’élève au quotidien si nécessaire.

Des aides financières peuvent être attribuées sous conditions :

  • L’AEEH – Allocation d’éducation de l’enfant handicapé pour aider les familles à couvrir les frais supplémentaires liés au handicap d’un enfant de moins de 20 ans ;
  • la PCH – Prestation de compensation du handicap (pour couvrir les frais d’aménagement d’un véhicule ou d’un logement, un surcoût de transport, une aide humaine ou technique) ;
  • l’AJPP – Allocation journalière de présence parentale si le handicap de l’enfant demande une présence soutenue.
  • Prise en charge des transports adaptés pour les élèves scolarisé en milieu ordinaire qui ne peuvent pas prendre les transports en commun pour se rendre dans leur établissement scolaire en raison de leur handicap. Le transport effectué par le parent avec son véhicule personnel ou par un transporteur peut être remboursé par le Département (montant variable selon les départements). S’adresser à son établissement scolaire.

La carte mobilité inclusion permet de bénéficier de certains avantages (éviter les files d’attentes, accès prioritaire aux places assises dans les transports, avantages fiscaux…). Elle se demande à la MDPH.

Plus d’infos :
www.monparcourshandicap.gouv.fr/scolarite
https://handicap.gouv.fr/vivre-avec-un-handicap/etudier-se-former/

Dispositifs de scolarisation

En milieu ordinaire la scolarisation peut se faire sous différentes formes 

Dans un établissement scolaire classique, la scolarité est la même que pour les autres élèves. Il est possible de bénéficier d’aménagements, d’un accompagnement par un AESH (accompagnant des élèves en situation de handicap)…

Le dispositif PEJS – Pôle d’enseignement pour les jeunes sourds permet aux élèves sourds ou malentendants d’être scolarisés dans des établissements scolaires classiques.

Les Ulis – Unités localisées pour l’inclusion scolaire accueillent les élèves souffrant de troubles des fonctions cognitives ou mentales, des troubles spécifiques du langage et des apprentissages, des troubles envahissants du développement (dont l’autisme),  des troubles des fonctions motrices, des troubles de la fonction auditive, des troubles de la fonction visuelle ou des troubles multiples associés (pluri-handicap ou maladies invalidantes).… Elles sont situées dans des écoles maternelles, primaires, collèges, et lycées.

Les Segpa – Sections d’enseignement général et professionnel adapté accueillent au sein des collèges les 12-16 ans qui n’ont pas acquis les compétences pour entrer en 6e.

Les Erea – Etablissements régionaux d’enseignement adapté accueillent à  partir de la 6e des élèves en grande difficulté scolaire, sociale ou  présentant un handicap moteur, visuel ou auditif.

En établissement spécialisé, une scolarisation avec une prise en charge globale

Ces établissements accueillent l’élève en externat ou en internat. Il en existe plusieurs types :

Des établissements à caractère sanitaire accueillent les enfants et adolescents malades

Des accords avec l’Education nationale permettent d’organiser une scolarité en interne dans des :
services de pédiatrie des centres hospitaliers ;
hôpitaux de jour ;
Mecsa (Maisons d’enfants à caractère sanitaires).

Ces établissements sont placés sous la tutelle du ministère en charge de la Santé. L’admission y est prononcée sur prescription médicale.

Enseignement supérieur

Les étudiants en situation de handicap suivent le même cursus que les autres étudiants mais peuvent bénéficier d’aménagements : tutorat, aide à la prise de notes, traduction en langue des signes, prêts de logiciels adaptés… Il existe dans chaque université un service d’accompagnement pour les étudiants handicapés. Dans les grandes écoles, il y a un référent handicap.

C’est le service de médecine préventive qui étudie les demandes d’aménagement et qui attribue les aides en fonction du handicap et des besoins.

Aides financières : en plus de la bourse sur critères sociaux de l’enseignement supérieur, une aide personnalisée peut être versée dans le cadre de la PCH (Prestation de compensation du handicap).

D’autres aides sont possibles pour les étudiants en situation de handicap qui remplissent les conditions (critères d’incapacité, de ressource) :

Plus d’infos :
www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2326
www.etudiant.gouv.fr/fr/etudiants-en-situation-de-handicap-2059

L’alternance

Les personnes en situation de handicap peuvent signer un contrat d’apprentissage aménagé. Il est accessible à toute personne qui dispose de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) à partir de 16 ans et sans limite d’âge maximum.

La durée maximale du contrat peut être portée à 4 ans au lieu de 3 habituellement.

Ils peuvent bénéficier d’aménagements : aménagement du temps de formation, aménagements pédagogiques, cours par correspondance…

Les entreprises qui les recrutent peuvent toucher des aides financières (informations sur www.agefiph.fr).

Emploi

La reconnaissance comme travailleur handicapé permet d’obtenir des avantages. Il est possible de travailler en milieu ordinaire, mais il existe aussi des structures spécialisées quand l’emploi dans une structure ordinaire n’est pas possible : c’est le milieu adapté ou protégé.

Etre reconnu travailleur handicapé

Etre reconnu travailleur handicapé n’est pas une obligation mais peut donner des avantages : être accompagné par les organismes du réseau Cap emploi, percevoir des aides financières, obtenir des aménagements de son poste de travail ou travailler dans des établissements adaptés.

Pour obtenir le statut de travailleur handicapé, il faut d’abord remplir un formulaire. Les MDPH – Maisons départementales des personnes handicapées sont chargées de l’accompagnement pour monter ce dossier. Le dossier passera ensuite en commission devant la CDAPH – Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées.

Où travailler ?

La CDAPH – Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées oriente vers le travail en milieu ordinaire, adapté ou protégé.

Le milieu ordinaire

Le milieu ordinaire correspond aux entreprises publiques et privées du marché du travail classique.

Toute entreprise publique ou privée d’au moins 20 salariés doit employer au moins 6% de travailleurs handicapés à temps plein ou partiel. Pour cela, les employeurs peuvent souvent percevoir des aides financières quand ils accueillent des salariés handicapés : aide à l’accueil, à l’intégration et à l’évolution professionnelle, aide à l’adaptation des situations de travail, aide à l’embauche en alternance, aide liée à la reconnaissance de la lourdeur du handicap. Elles sont attribuées par l’Agefiph. Les entreprises qui ne remplissent pas cette obligation doivent payer des amendes.

Se faire accompagner

Le réseau Cap-emploi accompagne les personnes handicapées dans la recherche d’un emploi.
Pour trouver un Cap emploi en Bourgogne-Franche-Comté : www.cheops-bourgognefranchecomte.com

Les entreprises handi-accueillantes
Certaines entreprises ont une politique d’accueil des travailleurs handicapés.
– Des grands groupes ont signés la charte mondiale Entreprises et handicap de l’Organisation internationale du travail : www.businessanddisability.org
– D’autres réseaux d’entreprises comme Hangagés porte une attention particulière aux salariés handicapés

Trouver des offres

Il existe des sites qui proposent des offres d’emploi spécialement destinées aux personnes en situation de handicap :

Besoin de plus d’infos ? Profitez des conseils du CIDJ sur www.cidj.com

Le milieu adapté : les entreprises adaptées – EA

Une entreprise adaptée est une entreprise ordinaire mais qui emploie au moins 55% de personnes handicapés parmi ses effectifs. Elle permet à ses salariés d’exercer leur activité dans un environnement adapté à leurs possibilités.

L’Union nationale des entreprises adaptées regroupe la grande majorité des entreprises adaptées. Leur liste est disponible sur www.unea.fr 

Le milieu protégé : les Etablissements ou services d’aide par le travail – Esat

Les Esat sont des établissements médico-sociaux qui emploient des personnes handicapées qui ne peuvent pas travailler en milieu ordinaire ou adapté. Ces personnes bénéficient également d’un soutien médical, social et éducatif.

Annuaire des Esat sur www.reseau-gesat.com

Aides financières

Des aides financières spécifiques existent pour aider les personnes en situation de handicap dans leur vie quotidienne.

– L’Allocation aux adultes handicapés AAH

Cette allocation est attribuée sous certaines conditions : taux d’incapacité, âge, ressources. Son montant maximum est de 903,60 € par mois.

Il faut s’adresser à la MDPH pour faire la demande : https://annuaire.action-sociale.org

– Aides de l’Agefiph

L’Agefiph peut attribuer d’autres aides en fonction des besoins et de chaque situation : pour la location de matériel, s’équiper d’une prothèse auditive, se déplacer…

Plus d’infos : www.agefiph.fr/bourgogne-franche-comte

Se faire aider

En plus de Pôle emploi et des Missions locales, il existe des réseaux spécialisés pour accompagner les personnes handicapées dans leur insertion professionnelle.

L’Agefiph (Association pour la gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées)

L’Agefiph est chargée de soutenir le développement de l’emploi des personnes handicapées. Elle peut accompagner les personnes handicapées, les financer dans leurs projets liés à l’emploi, les aider à bénéficier des aides financières.

Plus d’infos : www.agefiph.fr/bourgogne-franche-comte

Cap emploi

La mission du réseau Cap emploi est d’aider les personnes handicapées à s’insérer : aide pour mettre en œuvre un projet de formation, soutien dans la recherche d’un emploi, accompagnement pour un maintien dans l’emploi ou une évolution professionnelle.

Plus d’infos : www.cheops-bourgognefranchecomte.com

Sites utiles

[retour sommaire]