La sexualité c’est tout à la fois les relations amoureuses, la procréation, les risques et les préventions.
Différents organismes peuvent informer sur ces sujets, conseiller, aider à prévenir ou à résoudre des problèmes afin de permettre à chacun et chacune de s’épanouir librement.

Sommaire
Protection
Contraception
Grossesse
Organismes et ressources

Protection

Les préservatifs

Les préservatifs masculins et féminins, à usage unique, sont un des moyens de se protéger des IST et du VIH ; il est toutefois important de souligner que ceux-ci ne protègent pas lors de caresses, pénétrations digitales, cunnilingus.

Ils peuvent être utilisés comme moyen de contraception ; s’ils sont correctement utilisés, il y a 3 % d’échecs pour le préservatif masculin et  5% pour le préservatif féminin, en cas d’utilisation pas suffisamment soigneuse les échecs peuvent être plus importants, jusqu’à 14 %.
Les préservatifs ne sont efficaces que si on les utilise pour tous les rapports sexuels, à tout moment du cycle, car il n’y a pas de période sans risque.
Il vaut mieux utiliser en même temps un autre moyen de contraception pour ne pas être enceinte au cas où un accident d’utilisation surviendrait, c’est ce que l’on appelle la double protection.

Mesures destinées aux moins de 26 ans

Les préservatifs masculins sont gratuits en pharmacie ; que l’on soit fille ou garçon, il est donc désormais possible d’obtenir gratuitement une boite de 12 ou 24 préservatifs par jour, uniquement des marques « Eden » ou « Sortez couverts », après avoir simplement donné sa date de naissance au pharmacien.

L’Assurance Maladie prend totalement en charge
, sans avance de frais, les actes suivants.
Pour les jeunes filles et les femmes de 12 à 25 ans :
– une première consultation avec un médecin ou une sage-femme pour parler de santé sexuelle, de contraception et de prévention des IST ;
– différents types de contraception, notamment les pilules de 1re ou de 2e génération, les implants, les stérilets ;
– une consultation de suivi une fois par an ;
– les examens ou les actes médicaux en lien avec la contraception.
Pour les jeunes hommes jusqu’à 25 ans, une première consultation avec un médecin pour parler de santé sexuelle, de contraception et de prévention des IST.

Contraception

La contraception couvre l’ensemble des moyens qui permettent d’éviter une grossesse. Il est important de noter que les jeunes femmes, parce qu’elles ont un taux de fécondité élevé, peuvent être enceintes dès la puberté.
Le choix d’un moyen de contraception (hormonale, barrière, naturelle) est une affaire individuelle qui nécessite un dialogue, avec un médecin généraliste ou un gynécologue.

La contraception hormonale

Les modes de contraception hormonale sont variés (pilule, patch, implant, anneau vaginal, stérilet) et nécessitent un suivi médical, leur taux d’efficacité est de plus de 99,5 %.

La pilule

La pilule est un contraceptif oral qui agit sur le système hormonal et nécessite donc un suivi médical. Il existe de nombreuses pilules permettant un choix adapté à chaque femme. La pilule est extrêmement efficace si elle est prise dans le strict respect des indications données.
Elle est vendue sur ordonnance en pharmacie.
Il existe plusieurs générations (types) de pilules, certaines sont totalement prises en charge par l’Assurance Maladie pour les jeunes filles et femmes jusqu’à 25 ans, et les rembourse à 65 % pour les femmes de plus de 25 ans.
Les jeunes femmes mineures peuvent bénéficier d’une prescription gratuite dans les centres de santé sexuelle.

Autres modes de contraception hormonale

Ils sont moins contraignants que la pilule (pas besoin d’y penser tous les jours) et tout aussi efficaces.

  • Le patch contraceptif est très simple à utiliser, un patch par semaine à coller soi-même.
  • L’implant contraceptif est un petit bâtonnet en plastique inséré sous la peau du bras sous anesthésie locale.
  • L’anneau vaginal est un anneau souple que la femme pose elle-même pour une durée de 3 semaines, puis retire afin de respecter une semaine de pause.
  • Le stérilet, ou dispositif intra-utérin (DIU) hormonal (ou au cuivre), est un petit objet mis en place dans l’utérus par un médecin pour une durée de 3 à 5 ans.

Plus d’infos : choisirsacontraception.fr

Contraception d’urgence

Communément appelée pilule du lendemain ou pilule d’urgence, la contraception d’urgence hormonale est une méthode de rattrapage à utiliser après un rapport sexuel non ou mal protégé.

Il s’agit d’un comprimé à prendre le plus vite possible (idéalement dans le 24 heures suivant la prise de risque) et, selon le type de pilule d’urgence, au maximum dans les 3 jours ou les 5 jours qui suivent le rapport.

Son usage est ponctuel et exceptionnel et ne remplace en aucun cas une contraception régulière, mais permet de réduire la possibilité de grossesse non désirée.

Cette contraception d’urgence est délivrée aux mineures et aux majeures sans ordonnance en pharmacie, elle est prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie ou par l’aide médicale d’Etat (AME). Il est également possible de se la procurer à l’infirmerie scolaire, dans les services universitaires de médecine préventive (SUMPPS), les centres de santé sexuelle (notamment pour les femmes sans couverture sociale).

Grossesse

En cas se suspicion de grossesse (règles en retard), il faut faire d’urgence un test en vente libre en pharmacie et/ou un test de laboratoire prescrit par un médecin. Si ce test est positif, vous êtes enceinte.

Qu’il s’agisse d’une grossesse désirée ou non, consultez un médecin généraliste ou un gynécologue ou adressez-vous à un centre de planification.

En cas de grossesse non désirée, vous pouvez décider d’interrompre celle-ci en ayant recours à l’interruption volontaire de grossesse IVG ou avortement, que vous soyez majeure ou mineure.
Une fois votre décision prise, il est important d’engager les démarches très rapidement afin de respecter les délais légaux et d’anticiper la prise en charge.

Deux méthodes d’IVG sont possibles : l’IVG médicamenteuse qui peut se pratiquer à domicile par l’intermédiaire d’un médecin ou d’une sage-femme ou l’IVG chirurgicale qui a lieu dans un hôpital ou une clinique autorisé à pratiquer l’avortement.

  • L’IVG médicamenteuse se pratique jusqu’à la fin de la 7e semaine de grossesse, soit 9 semaines après le début des dernières règles, qu’elle soit pratiquée en établissement de santé ou en cabinet de ville.
    Il consiste à prendre deux comprimés différents à 36 h ou 48 h d’intervalle, puis à vérifier que la grossesse est bien interrompue lors d’une visite de contrôle.
  • L’IVG chirurgicale, se pratique jusqu’à la fin de la 14e semaine de grossesse, soit 16 semaines après le 1er jour des dernières règles. L’intervention dure une dizaine de minutes et se déroule dans un bloc opératoire sous anesthésie locale ou générale ; deux à trois semaines après une consultation médicale de contrôle permet de s’assurer qu’il n’y a pas de complications.
    A noter : Les sages-femmes pourront réaliser des IVG par voie chirurgicale jusqu’à la fin de la 10e semaine de grossesse dans les hôpitaux, cela après la parution d’un décret, suite à la loi de mars 2022.

Si vous êtes mineure vous pouvez avoir recours à l’IVG sans l’autorisation de vos parents, vous choisissez une personne majeure de votre choix pour vous accompagner dans votre démarche, l’IVG est prise en charge à 100% sans avance de frais.

Plus d’infos :
ivg.gouv.fr
0800 08 11 11 (appel anonyme et gratuit)

Attention aux sites anti-IVG
Des sites de désinformation sont présents sur le Web. Ils se font passer pour des sites institutionnels et cherchent à dissuader les femmes à recourir à l’IVG.

Organismes et ressources

Centres de santé sexuelle

Présents sur tout le territoire, ces centres proposent un accueil en toute confidentialité de toutes et tous, majeurs ou mineurs, et ont en charge les missions suivantes :
soutien et accompagnement sur les questions relatives à la sexualité, à la vie affective et relationnelle, aux violences conjugales et intrafamiliales ;
prescription et délivrance de moyens contraceptifs ;
dépistage et prise en charge des infections sexuellement transmissibles (IST) ;
vaccination ;
accompagnement à l’IVG (avortement).

Liste des Centres de santé sexuelle CSS en Bourgogne-Franche-Comté

Côte-d’Or (21)

CSS CHU Maternité 21000 Dijon 03 80 29 33 60
CSS CMS 21000 Dijon 03 80 63 68 34
CSS CPSU 21000 Dijon 03 80 39 51 53
CSS Hôpital 21130 Auxonne 03 80 39 45 89
CSS 21140 Semur-en-Auxois 03 80 89 64 64
CSS Maternité 21200 Beaune 03 80 24 46 35 / 03 80 24 44 23
CSS 21300 Chenôve 03 80 59 89 55

Doubs (25)

CSS CICS 25000 Besançon 03 81 83 34 73
CSS 25000 Besançon 03 81 54 21 81
CSS Hôpital 25110 Baume-les-Dames 03 81 54 21 85
CSS 25200 Montbéliard 03 81 91 72 38
CSS 25500 Morteau 03 81 67 39 37
CSS 25300 Pontarlier 03 81 38 82 62

Jura (39)

CSS 39000 Lons-le-Saunier 03 84 87 13 13
CSS Centre hospitalier Dole 03 84 78 68 71
CSS 39100 Dole 03 84 79 60 80
CSS 39200 Saint-Claude 03 84 45 20 88
CSS 39300 Champagnole 03 84 52 13 35

Nièvre (58)

CSS 58000 Nevers 0 800 58 00 00
Antennes à Château-Chinon, Clamecy, Cosne-sur-Loire, Decize

Haute-Saône (70)

CSS Centre hospitalier 70000 Vesoul 03 84 96 66 26
CSS Centre hospitalier 70100 Gray 03 84 64 62 60
CSS Centre hospitalier 70200 Lure 03 84 62 43 57
CSS Centre hospitalier 70300 Luxeuil-les-Bains 03 84 93 35 22

Saône-et-Loire (71)

CSS Centre hospitalier 71100 Chalon-sur-Saône 03 85 48 25 44
CSS 71200 Le Creusot 03 85 78 72 42
CSS 71000 Mâcon 03 85 39 14 00
CSS Centre hospitalier 71300 Montceau-les-Mines 03 85 67 65 80 / 03 85 67 60 04
CSS 71400 Autun 03 85 86 91 79
CSS 71500 Louhans 03 85 75 70 20
CSS Centre hospitalier 71600 Paray-le-Monial 03 85 81 83 43

Yonne (89)

CSS 89000 Auxerre 03 86 49 59 00
CSS Centre hospitalier 89100 Sens 03 86 86 19 88
CSS  89130 Toucy 03 86 44 42 02
CSS 89200 Avallon 03 86 34 95 35
CSS Centre hospitalier 89300 Joigny 03 86 72 74 03
CSS PMI 89400 Migennes 03 86 72 74 05
CSS 89700 Tonnerre 03 86 54 85 04

Territoire de Belfort (90)

CSS 90000 Belfort 03 84 28 17 12

Ressources

Question Sexualité
Site internet pour aider à choisir sa contraception, comprendre la conception et la grossesse, s’informer sur les IST et les maladies, lutter contre les violences et les discriminations, connaitre son corps et sa sexualité.
questionsexualite.fr

Fil santé jeunes
Des professionnels spécialisés répondent à toutes questions sur l’amour et la sexualité (écoute, informations, orientation vers les structures spécialisées).
Service anonyme et gratuit, tous les jours de 9h à 23h.
Confidentialité assurée que vous soyez majeur ou mineur.
filsantejeunes.com / 0 800 235 236 (anonyme et gratuit)

Pass’santé jeunes Bourgogne-Franche-Comté
Le Pass’santé jeunes a pour objectif de rendre les jeunes acteurs de leur santé ; il donne accès à des conseils, astuces, ressources, adresses utiles pour répondre aux questions des 8-18 ans ; il propose également des quiz et des jeux permettant de tester ses connaissances.
Plus d’infos : pass-santejeunes-bourgogne-franche-comte.org

Sexualités info santé
Site internet très complet qui aborde les sujets liés à la santé (IST, connaissance et troubles du corps, prévention) et les sexualités (pratiques et usages, vie sexuelle, discriminations, violences). Des articles viennent éclairer l’actualité.
sexualites-info-sante.fr / 0 800 00 69 07 (gratuit, lundi au vendredi, 9h à 21h)

Livret d’information Bien vivre sa sexualité

Télécharger le livret
d’Info Jeunes BFC
Bien vivre sa sexualité
(février 2023)

[retour sommaire]